Accueil du site > Mots-clés > Economie & co > Capitaux

Capitaux

Pages 1 | 2

Renseignement financier

Algérie : Plus de 5.400 soupçons de blanchiment d’argent

30 octobre 2012

Entre 2005 et 2011, les institutions bancaires algériennes ont transmis à la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF) pas moins de 5.454 déclarations de soupçon - dont 2.567 pour la seule année 2011 - autour d’opérations financières inhabituelles. C’est ce que Hibouche Abdennour, directeur de la CTRF, a annoncé hier sur les ondes de la radio nationale, sans toutefois préciser le nombre de dossiers qui ont été transmis à la Justice : « Notre cellule doit enquêter sur les déclarations qui (...)

L'Algérie préfère les valeurs d'Etat
Gestion des réserves de change

L’Algérie préfère les valeurs d’Etat

27 septembre 2012

Cela a fait débat : où l’Algérie place-telle ses excédents de recettes pétrolières ? Dans des fonds souverains, des produits des marchés dérivés ou dans des portefeuilles à fort rendement ? En fait, le premier argentier du pays, M. Karim Djoudi, confirme la tendance à la gestion prudentielle des réserves en devises du pays. Devant les grandes difficultés rencontrées par beaucoup de groupes industriels en Europe, la tentation est grande de placer une partie de ces devises en rachat de parts d’actions de (...)

Environnement économique en Algérie : Pourquoi ça ne bouge pas ?

Environnement économique en Algérie : Pourquoi ça ne bouge pas ?

27 septembre 2012

« Les producteurs algériens payent le double les prix du transport maritime sur le marché international que ce soit pour l’importation ou pour l’exportation, par rapport à nos voisins tunisiens et marocains », fait remarquer le chercheur Mouloud Hedir, hier, en marge de la présentation du second rapport semestriel d’évaluation de l’environnement économique, au siège du forum des chefs d’entreprises (FCE ), à Chéraga . Cette évaluation est une pratique adoptée par le FCE, renouvelable tous les six mois, (...)

Algérie : Les mises en garde du ministre des Finances

3 juillet 2012

Le ministre des Finances, Karim Djoudi, a lancé hier une sévère mise en garde contre les dépenses en hausse constante de l’Etat, et particulièrement les dépenses de fonctionnement, c’est-à-dire celles liées aux salaires. Selon M. Djoudi, « il faut qu’il y ait aujourd’hui une prise de conscience sur le fait que nous avons besoin d’une approche beaucoup plus prudente en matière de dépenses, notamment celles de fonctionnement et surtout celles relatives aux salaires de la Fonction publique où nous avons (...)

Algérie : L'épargne des particuliers a atteint 2.000 milliards de dinars
Le ministre des Finances devant les sénateurs

Algérie : L’épargne des particuliers a atteint 2.000 milliards de dinars

31 mars 2012

Le montant de l’Epargne des ménages, en Algérie, a atteint 2.000 milliards de DA (environ 27 milliards de dollars), à fin 2011, a déclaré jeudi, le ministre des Finances, Karim Djoudi. La Cnep-Banque détient 40%, soit 800 milliards de DA, de cette épargne, a ajouté le ministre en réponse à des questions orales au Conseil de la Nation. Selon Djoudi, la part de marché de la Cnep-Banque, en matière d’épargne, « montre que l’Algérien, face à la faiblesse des rendements à court terme, préfère s’investir sur (...)

La Banque d'Algérie : « Les avoirs algériens à l'étranger sont sécurisés »

La Banque d’Algérie : « Les avoirs algériens à l’étranger sont sécurisés »

14 septembre 2011 1

« Seuls 2% de l’argent de l’Algérie est déposé dans des institutions financières internationales. 98% des réserves de change sont placées en actifs financiers souverains. » C’est ce qu’a révélé, hier, Djamel Ben Belkacem, directeur conseiller auprès de la Banque d’Algérie. Cet expert qui s’exprimait à la radio chaîne 3 a rassuré sur les placements algériens à l’étranger et l’utilisation des réserves de change. L’Algérie « n’a rien à craindre des répercussions de la crise de la dette américaine pour ses placements (...)

Algérie : Genèse d'un choix politique de non-gouvernance

Algérie : Genèse d’un choix politique de non-gouvernance

3 septembre 2011

Après les agences postales, ce sont les banques publiques qui se plaignent d’un manque de liquidités en Algérie, alors que plus de 500 milliards de dinars dorment dans leurs coffres. Ni la Banque d’Algérie, ni le ministère des Finances encore moins le ministère des Postes et des Technologies de l’information et de la communication (PTIC) n’ont pu, à ce jour, trouver une solution au problème de liquidités qui pénalise depuis quelques années lourdement les usagers des agences postales. Si la Banque (...)

Algérie : L’excédent commercial en hausse de plus de 25%

26 avril 2011

L’excédent de la balance commerciale était en hausse de 25,64% au 1er trimestre de cette année. Selon les douanes algériennes citées par l’APS, celui-ci se situe à 4,24 milliards de dollars contre 3,37 milliards de dollars à la même période de l’année écoulée. Les exportations ont atteint 14,99 milliards de dollars durant cette période, contre 13,15 milliards de dollars au premier trimestre de 2010, en hausse de 13,96%, selon le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (Cnis). Les (...)

Credoc : L'Algérie ne recule pas
Credoc et règle des 51/49%

Credoc : L’Algérie ne recule pas

28 février 2011

Les émeutes de janvier et le « climat révolutionnaire » dans la région nord-africaine ont conduit le gouvernement algérien à multiplier des signaux apaisants vers l’informel et les importateurs. Ces signaux ne s’étendent pas au Credoc et à la règle des 51/49% pour les IDE. Le gouvernement est désormais très souple à l’égard du commerce informel invité à poursuivre ses activités sans risque de se faire « redresser ». Il a également fait preuve de largesses à l’égard des importateurs de sucre et d’huile qui se (...)

L’Algérie pèche par un excès de prudence

26 février 2011

Certaines décisions importantes entrant dans le cadre de la politique économique du pays, à l’instar de la gestion des réserves de changes ou de la non-convertibilité totale du dinar, ne font pas toujours l’unanimité parmi les experts. Mais tous sont unanimes à reconnaître que ces décisions ne sont pas de nature à mettre en péril l’économie nationale et qu’au contraire, elles la mettent à l’abri de certains aléas. En fait, elles pèchent seulement par un excès de prudence. C’est ce qui a été démontré tout (...)

page suivante

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes